Abbaye abandonné Notre-Dame-du-bon-Conseil
Feu l'abbaye Notre-Dame-du-bon-Conseil

Feu l'abbaye Notre-Dame-du-bon-Conseil

Feu l'abbaye Notre-Dame-du-bon-Conseil

Ancienne communauté cistercienne de Saint-Romuald

Saint-Romual (Quebec), Canada

Abandonné depuis 2002, le vaste complexe que formait l'abbaye Notre-Dame-du-Bon-Con­seil dans l'arrondissement Saint-Romuald est aujourd'hui complètement rasé. Vandalisé et incendié à plusieurs reprises, son propriétaire, la raffinerie Ultramar, n'a eu pour autre choix que de raser les derniers vestiges de ce témoin du passé religieux des lieux suite à un ultime incendie criminel.

Propriétaire du site depuis 2007, Ultramar n'avait que bien peu de projet pour l'endroit. S'il avait été question d'y aménager un parc, l'achat avait été justifié avant tout par la volonté de l'entreprise d'assurer une zone tampon entre la raffinerie et le quartier résidentiel situé tout près.

Pourtant, le site était riche d'une histoire de plus de cent ans. C'est d'ailleurs en 1902 que s'y installent les "trappistines", venues de France afin de vouer leur vie à Dieu dans le silence et la prière.  Alors que la construction du monastère se termine en 1903, le site est placé sous le vocable de Notre-Dame du Bon-Conseil. Jusqu'en 1906, la communauté compte 14 recrues, 8 novices, 4 postulantes et deux soeurs tourières.

Alors que la vie s'organise autour de Dieu, la communauté s'affaire à être auto-suffisante grâce aux 200 acres de terres où sont produits fruits et légumes. Une ferme est également construite où des membres de la communauté religieuse s'occupent des animaux. Les voisins se rappellent d'ailleurs que les Cisterciennes confectionnaient même du chocolat. Excellent chocolat, qui plus est.

Au cours des années 1960, une nouvelle aile sera construite afin de permettre aux soeurs d'être moins à l'étroit dans ces bâtiments où s'entassent, au plus fort de son occupation, près de 95 religieuses. Les décennies suivantes seront marquées par le déclin de la communauté. Alors qu'en 1993 elles n'étaient plus que 42, elles ne seront que 26 en 2001 à quitter les lieux vers leur nouvelle résidences située en Beauce. Par la même occasion, débutera la longue agonie d'une dizaine d'années des lieux qui sera marquée par deux incendies majeurs, quelques projets de projets immobiliers qui tomberont à l'eau et le rachat des lieux par Ultramar.

Encore plus de photos

La dérive de l’église de béton
Rive-sud de Montréal, Quebec (Canada)

Il faut remonter à 2014 pour trouver les traces de la dernière cérémonie religieuse dans cette église. Depuis, pratiquement rien n’a bougé entre ses murs. Malgré un entretien minimal, les toiles d’araignées ont commencé à apparaître ici et là...

La vieille église abandonnée
Montérégie, Quebec (Canada)

L’exode des églises n’est pas un secret pour personne. Alors qu’en 2003, on répertoriait 2 751 lieux de culte au Québec, 270 d’entre elles ont été vendues, fermées ou transformées en l’espace de dix ans. Et la tendance ne s’en va pas en s’...

Le monastère abandonné

L’engouement religieux était déjà à la veille de son déclin lorsque la construction du monastère fut complétée à la veille de la Révolution tranquille, après deux ans de travaux. Situé au somment d’une colline, le bâtiment compte plus de cinq...

Le Negro Community Center
Montréal, Quebec (Canada)
Les origines du bâtiment

Malgré les nombreuses modifications faites à l'édifice par le centre communautaire des Noirs (Negro community center ), il est clair qu'à l'origine l'édifice était une église. Les plans sont d'ailleurs signés par Sidney...