Le vieux magasin général de Sainte-Brigide d'Iberville
Le vieux magasin général de Sainte-Brigide d'Iberville

Le vieux magasin général de Sainte-Brigide d'Iberville

Le vieux magasin général de Sainte-Brigide d'Iberville

Vestige du siècle passé

Sainte-Brigide d'Iberville (Quebec), Canada

Fermé depuis une vingtaine d’années, le vieux magasin général n’a pas la mine d’un bâtiment à la dérive, prêt à s’écrouler sous le poids des années. Bien que sa charpente et ses fondations témoignent d’un essoufflement marqué, sa structure est, somme toute, encore bien droite.

Surnommée la Peanut, l’histoire de ce magasin remonte à plus de cent ans. Dès 1907, un magasin adjacent à une maison existe déjà lorsque Rémi Boulais acquiert le terrain. De plus en plus à l’étroit dans son commerce, il construit en 1921 l’immense magasin recouvert de bardeau d’amiante dont l’extérieur est demeuré intact jusqu’à nos jours.


1912 - Le magasin général de Sainte-Brigide

On a beaucoup romancé la vie de marchand général dans les séries québécoises du début du XXe siècle. La réalité de l’époque était pourtant tout autre. Chaque semaine, Monsieur Boulais devait prendre le train à la gare de la Central Vermont située à quelques rues de son commerce à destination de Montréal. Là-bas, il se dirigeait vers le bas de la ville afin d’acheter sa marchandise chez les grossistes de la rue Saint-Paul. La marchandise était ensuite expédiée par train.

Si la plupart des marchandises étaient entreposées au grenier ou au sous-sol de son magasin, le charbon et les matériaux de construction étaient remisés dans un bâtiment tout près de la gare, aujourd’hui détruite.

La vie de marchand général rendit néanmoins la famille prospère au point de permettre aux cinq filles du couple une éducation plus poussée, chose qui était plutôt rare dans ce village composé essentiellement de fermiers.

Les années ont passé et le commerce a été vendu à quelques occasions. De 1986 à 1996, alors que la bannière Jovi y proposait nourriture et quincaillerie, l’entreprise a piqué du nez au point d’être vendue en 1996 à un commerçant qui ne l’a opéré que deux ans avant de déclarer faillite à son tour. Il n’a plus jamais rouvert ses portes.

Aujourd’hui, le propriétaire est un antiquaire qui y entrepose meubles et antiquités, et qui a témoigné du souhait d’ouvrir son magasin en automne 2016. Si l’extérieur témoigne encore de son cachet ancestral, l’intérieur a davantage les allures d’un entrepôt que celles d’un vieux magasin général. Des meubles s’empilent sur des structures en métal, ce qui laisse bien peu de place pour circuler.

Bref, le temps saura nous dire si une nouvelle vie sera offerte à ce bâtiment dont plusieurs souhaitent sa démolition pure et simple…

Encore plus de photos

L'ancienne station satellitaire de Teleglobe
Charleston, Nouvelle-Écosse (Canada)

Construit en pleine forêt dans le petit hameau de Mill Village, la station de Teleglobe n’est plus l’ombre de ce qu’elle fut jadis. Construite en 1964 au coût de 9 millions de dollars, le vaste complexe faisait partie d’un vaste programme de...

Camouflage de fleuriste
Montréal, Quebec (Canada)
Les origines

Comme toutes les belles histoires, celle des d'Alcantara commence par «il était une fois»... Un aristocrate belge d'origine espagnole, le comte Carlos d'Alcantara, est éperdument amoureux d'une jolie ballerine française. Ses...

Montréal, Quebec (Canada)

Ceci est l’histoire d’un projet de réhabilitation qui ne veut pas mourir. Un long et sinueux parcours d’un organisme sans but lucratif qui se bat depuis trois ans pour trouver les fonds nécessaires à la rénovation d’un théâtre qui fait parti du...

Le vieux magasin général de Monsieur Sweetman
Port-Daniel, Quebec (Canada)

Drôle de bonhomme que ce monsieur Sweetman. Très sympathique face à l’idée de me faire visiter son ancien magasin général aujourd’hui fermé, mais il bascule du français vers l’anglais sans arrêt dans ses conversations. « Look at here, this is the...