Réflexion à l'Omniparc
Le 6240, avenue du Parc

Le 6240, avenue du Parc

Le 6240, avenue du Parc

L'Omnipac

Montréal (Quebec), Canada

L'immeuble est à louer et on se permet une touche d'humour pour attirer les acheteurs potentiels. « Entièrement rénové » indique la pancarte alors que les graffitis pleuvent sur ses murs et qu'il manque toutes les fenêtres. L'endroit connu sous le nom de l'Omnipac est clôturé, mais facile d'accès. Le bâtiment adjacent a été détruit en avril 2009, au moment même où est passé la voiture de Google.

De plus, en feuilletant la fiche locative de l'édifice sur le site web de l'entreprise chargé de le vendre, on découvre que de nouveaux plans d'architecte ont été produits pour la rénovation de l'endroit. Par contre, à le voir dans son état actuel, on devine que le projet du propriétaire de le convertir en bureaux piétine lourdement.


Maquette du 6240 Park Avenue tel qu'affichée sur le site web de Rosdev

L'édifice fait donc 180 000 pieds carrés répartis sur cinq étages dont quatre sont prévus pour des bureaux et le rez-de-chaussée pour des commerces. Du moins, c'est ce qu'indique le site de l'agent d'immeuble. Reste à voir depuis combien de temps le projet est sur la glace.

Lorsqu'on entre dans l'édifice, le premier constat est celui qu'il ne reste que peu de chose de l'édifice. En fait, mis à part le squelette, il n'y a rien, que des graffitis. Aucune division, rien que du béton, de l'eau stagnante et de la peinture qui s'écaille.

Néanmoins, la lumière y est intéressante et les quelques éléments trainant ici et là offre de bonnes photos. L'escalier menant au toit est particulièrement intéressant d'un point de vue photographique avec sa voie ferrée situé à quelques pas.

Lors de notre visite, et ce malgré la quantité phénoménale de graffitis, nous n'avons rencontré que trois personnes dans ces lieux, dont deux venus y jouer de la guitare (et probablement y fumer un joint ou deux de marijuana).

Encore plus de photos

La vieille usine américaine abandonnée

C’est l’histoire classique d’une usine où son propriétaire a délocalisé sa production vers de lointaines contrées. Une longue histoire liée à une ville qui a grandi autour des centaines d’emplois que cet employeur procurait à ses citoyens. Et ce...

L'usine abandonnée de la Belding Corticelli
Coaticook, Quebec (Canada)

C'est en 2004 qu'a fermé l'ancienne usine de la Belding Corticelli. Depuis, elle est à l'abandon et les planchers gondolent au gré des intempéries qui s'invitent par le toit et les fenêtres. Alors qu'on y fabriquait des lacets et des élastiques à...

L’atelier abandonné

Ceci est l’histoire de l’industrie de fabrication de scies où les procédés ont peu évolué durant plusieurs décennies. Le résultat en est ce bâtiment qui a, certes, été agrandi au fil des années, mais dont l’intérieur a conservé son cachet d’antan...

La vieille mine abandonnée
Centre-du-Québec, Quebec (Canada)

Lourdement endommagée par le temps, la vieille mine de cuivre est fermée depuis déjà plusieurs années. Alors que ses étages inférieurs sont complètement inondés d’une eau boueuse et stagnante, le rez-de-chaussée a été, quant à lui, fragilisé par...