L'école de rang abandonnée

L'école de rang abandonnée

L'école de rang abandonnée

Aujourd'hui réaménagée

Sainte-Clotilde-de-Châteauguay (Quebec), Canada

Véritable vestige d'une époque révolue, les écoles de rang du Québec rural étaient plus de 4 000 il y a à peine 70 ans. De 1829, avec l'adoption de l'Acte pour l'encouragement de l'éducation populaire, jusqu'en 1960 alors que la réforme du système scolaire entre en vigueur, ces écoles permettaient d'offrir aux enfants en zone rurale un enseignement primaire.

L'âme de l'école de rang était sans contredit l'institutrice. Néanmoins, son rôle était d'une ingratitude digne d'un siècle passé. Alors que son salaire tournait entre 30 $ et 100 $... par année, elle logeait à l'étage où se trouvaient une chambre et une cuisine. Dans certains cas, elle devait même se résigner à loger chez un voisin. Sa journée de travail débutait aux aurores alors qu’elle devait chauffer le poêle l'hiver et s'occuper du bâtiment durant toute l’année. Enfin, si elle avait le culot de se marier, elle était congédiée aussitôt. Cette pratique dura jusqu'en 1960, alors que les écoles de rang sont abandonnées au profit d’écoles de village, beaucoup plus grandes et adaptées aux étudiants.

On y enseignait le français, l'arithmétique, l'histoire, la géographie, mais également la bienséance, le dessin, le chant et la religion. C'était l'époque où les parents jugeaient plus important d'avoir les enfants auprès d'eux pour les travaux à la ferme plutôt que sur un banc d'école.

Mais c'était surtout l'époque où la religion faisait office de vérité absolue et où la règle ne servait pas qu'à mesurer, mais également à réprimander. L'omniprésence des « divins enseignements » se faisait jusque dans les programmes scolaires. La moitié des 700 pages guidant les sept années du primaire était consacrée à l'enseignement religieux. Même les mathématiques servaient de prétexte à la religion où étaient calculés des chapelets. Le terme « école primaire » prenait donc tout son sens dans ces lieux.

Aujourd'hui, la plupart de ces écoles de rang ont été vendues et converties en maison. D'autres ont été abandonnées, brûlées ou détruites. Si celle-ci a été épargnée, en apparence, son piteux état démontre que deux seules options s'offrent à son propriétaire: d'urgentes et coûteuses rénovations ou une démolition rapide. Personnellement, je lui souhaite la première option accompagnée d'une passion de l'histoire du Québec rural...

Encore plus de photos

Centre de jeunes délinquants abandonné
Sherbrooke, Quebec (Canada)

Situé à Sherbrooke en bordure de l’autoroute 410, le relais St-François est un ancien centre pour jeunes délinquants aujourd’hui abandonné. Complètement saccagé, l’édifice ne présente plus beaucoup d’intérêt. L’eau y a fait des dommages, mais il...

Le vieux laboratoire abandonné

Presque centenaire, le vieux laboratoire n’est plus l’ombre de ce qu’il fut jadis. Abandonné depuis plus d’une dizaine d’années, le bâtiment semble toujours avoir été source de problème depuis que la ville où il est situé en a pris possession...

L'orphelinat abandonné
Nord du pays, (France)

Achevé en 1883 et financé par un industriel de la région, cet orphelinat pour garçon se voulait une béquille à une époque marquée par la pauvreté et un bon nombre d'enfants abandonnés et laissés à eux-mêmes. Lancé en 1875, le projet se voulait...

L'orphelinat abandonné

La vocation éducative des lieux remonte à près de 100 ans. À 1921, pour être plus exact. Alors qu’est construite une école de colonisation, la communauté religieuse responsable des lieux y offrira des formations théoriques et agricoles aux jeunes...