La station radar abandonnée de East Haven
La station radar abandonnée de East Haven

La station radar abandonnée de East Haven

La station radar abandonnée de East Haven

La ballade des petits hommes verts

East Haven (Vermont), États-Unis

Abandonnée en 1963, la station Lyndonville Air Force n’aura eu qu’une durée de vie plus qu’éphémère. Mise en service en 1956, elle n’aura été utilisée que sept ans. Située au sommet d’une montagne aux limites du Vermont et du New Hampshire, la base était destinée à surveiller une possible invasion soviétique par la vallée du Saint-Laurent. Au total, ils étaient plus de 174 militaires et civils à y travailler. Au bas de la montagne, un petit village composé de 27 maisons avait été construit. Ce site est également abandonné aujourd’hui.

Lorsqu’il était en fonction, c’était plus de 5 grandes tours de 40 à 90 pieds de haut qui étaient surmontées de radar et autre équipement militaire. Les installations faisaient partie d’un réseau de 44 stations mobiles ou fixes et qui servaient à détecter toute activité suspecte.

Il va sans dire que pour la petite communauté d’East Haven où étaient situées les installations, cela a eu pour effet d’améliorer considérablement son économie et de pratiquement doubler sa population (en excluant les employés de la station). De 85 à 164 habitants pour être plus exact. En 2014, ils étaient 285 citoyens dans le village.

Digne d’un épisode d’X-Files

En 1961, la station rapportera la présence d’un ovni dans le ciel de la région. Ils signaleront dans leur rapport que l’étrange objet est resté sur leurs radars durant 18 minutes.

Mais voilà que sur la route 3 dans le New Hampshire voisin, un couple, Betty et Barney Hill, rapporte avoir aperçu un vaisseau spatial. Après que l’engin se soit posé devant eux, c’est le trou noir. Ils reviennent à leurs esprits deux heures plus tard alors qu’ils sont de nouveau en route pour la maison. Deux heures mystérieusement évaporées qui referont surface lors de séances d’hypnose. Ils revivront ainsi ce qui s’avéra être le premier cas de personnes enlevées par des extraterrestres. Du moins, du premier cas déclaré.

Plongés dans leur sommeil artificiel, on leur fit même faire des « portraits robots » de ces créatures qu’ils décrivirent comme étant de petite taille et de couleur grise. L’image de l’extraterrestre tel que nous le connaissons aujourd’hui était née.

À bord du vaisseau, ils déclarent avoir subi des examens et plusieurs autres expériences scientifiques. Betty Hill affirmera même avoir eu une conversation avec l’un des extraterrestres qui lui montra leur système solaire d’origine. Système solaire qui ne fut découvert par les astronomes qu’une dizaine d’années plus tard.

Leur histoire sera médiatisée en 1966 avec la parution du livre The interrupted journey - 2 lost hours abord a flying saucer, écrit par John G. Fuller. Le bouquin deviendra rapidement un best-seller. Environ dix ans plus tard, en 1975, un téléfilm inspiré du livre et intitulé The UFO Incident sera diffusé à la télévision américaine.

Le phénomène d’enlèvement extraterrestre était né.

L’après-fermeture de la station

Deux ans après la fermeture du complexe militaire, Ed Sawyer, un résident de East Burke achète la propriété pour 41 500$. Il désire utiliser les installations pour une petite usine à bois et vendre le métal des bâtiments qu’il ne désirait pas conserver. Mais voilà qu’en dépit des accès qu’ils cherchent à restreindre face aux intrus et aux vandales, le site demeure prisé par les amateurs de motoneige qui y circulent sans autorisation. En 1969, un grave incident survint alors qu’un motoneigiste fut décapité lorsqu’il heurta une chaîne en plein milieu de la route.

Malgré la quiétude des environs, le site demeure visité à tout moment et plusieurs incidents sont venus assombrir son histoire. En 1983, un visiteur chute de l’un des bâtiments et succombe à ses blessures. En 1998, un policier tire des coups de semonce face à un motard qui refuse de s’arrêter alors qu’il s’est introduit sur la propriété. Ce dernier perdra son emploi suite à cet incident.

Aujourd’hui, l’endroit continue d’attirer son lot de curieux. En plus des photographes, il y a les randonneurs pour qui la montée et la vue valent amplement le détour. Les véhicules 4x4 sont toutefois recommandés pour se rendre au sommet sans quoi, il vous faudra laisser votre voiture au bas de la pente et vous farcir les trois derniers kilomètres de montée à pied. Et n’oubliez pas votre petite laine; ce n’est pas chaud en haut.

Encore plus de photos

L'ancienne station satellitaire de Teleglobe
Charleston, Nouvelle-Écosse (Canada)

Construit en pleine forêt dans le petit hameau de Mill Village, la station de Teleglobe n’est plus l’ombre de ce qu’elle fut jadis. Construite en 1964 au coût de 9 millions de dollars, le vaste complexe faisait partie d’un vaste programme de...

La caserne Fernandel
Marseille, (France)

Aujourd’hui livrée à elle-même, la caserne Busserade se trouve au sein d’une entité de quatre casernes : Le Muy, Bugeaud, Busserade et la Manutention Militaire. La caserne du Muy, dénommée Saint-Charles à l'origine, a été longtemps considérée...

O Forte de Nossa Senhora da Graça : la forteresse Notre-Dame-de-Grace
Elvas, (Portugal)

Située dans la paroisse de Alcazaba à environ un kilomètre de la ville de Elvas au Portugal, la forteresse Notre-Dame-de-Grace, mieux connue sous le nom portugais de Forte de Nossa Senhora da Graça ou de Forte Conde de Lippe, est un imposant...

Le château abandonné de Noisy
Celles, (Belgique)

Situé à Celles dans la commune namuroise de Houyet en Belgique, le château Miranda (ou Noisy) est sans contredit l'un des lieux les plus connus des urbexers belges. Construit en 1907 (les travaux ayant commencé en 1866), le château est la...