Spexel, l'usine abandonnée de Beauharnois
Spexel, l'usine désaffectée de Beauharnois

Spexel, l'usine désaffectée de Beauharnois

Spexel, l'usine désaffectée de Beauharnois

L'imprimeur de la monnaie canadienne

Beauharnois (Quebec), Canada

C'est plus de 92 ans d'histoire industrielle qui a pris fin en 2004 lorsque l'usine Spexel fut définitivement fermée. C'est en 1912 qu'est construit le moulin à papier qui prit le nom de Howard Smith Paper Mill. Au cours des années qui suivirent, l'usine se spécialisa dans la production de billets de banque. C'est ainsi qu'en 1932, la Banque du Canada confia à l'usine de Beauharnois la fabrication de la monnaie papier du pays, exclusivité qui s’étira sur plus de 70 ans.

À la fin des années 1990, l'usine est menacée de fermeture par la Domtar qui en est alors le propriétaire. Après plusieurs mois d'incertitude, l'usine est finalement relancée en 1997 par ses propres employés, qui y ont investi 2000 $ chacun, ainsi que le Fond d’action de la CSN, qui a contribué avec plus d’un million et demi de dollars.

Malgré la volonté des employés, l'avenir demeure sombre pour la Spexel. Dès le début 2001, la Banque du Canada entreprend les démarches auprès de l'usine afin de produire de nouveaux billets plus difficiles à copier. Ne disposant pas de la technologie nécessaire, la Banque du Canada lance un appel d'offres public mondial en novembre 2002. Quelques mois plus tard, une firme allemande remporte le contrat pour les billets de 20, 50 et 100$, ce qui crée une véritable onde de choc à l’usine de Beauharnois.

Pour la Spexel, c'est le début de la fin. La perte de ce contrat de plus de deux millions de dollars représente une grande partie de son chiffre d'affaires qui part ainsi en fumée.  En 2004, l'annonce de la fermeture est finalement annoncée. Au total, c'est plus de 110 emplois qui sont perdus.

Aujourd'hui, plus de dix ans plus tard, le site a été la proie de plusieurs incendies (qui a entraîné la destruction d'une partie de l'usine entre autres) et a subi les foudres des voleurs de métaux et des vandales. Malgré tout, son actuel propriétaire garde espoir et souhaite y ouvrir dans un avenir rapproché un pub et un centre de plongée dans les bassins de récupération.

Une visite sans arrestation

Malgré la situation actuelle, l'actuel propriétaire se dit ouvert à des visites si elles sont autorisées. Le 27 juin 2015, il a d'ailleurs personnellement contacté certains sites spécialisés afin de permettre une journée d'exploration en toute légalité et ainsi permettre d'échanger sur la situation qu'ont à faire faire les propriétaires qui sont aux prises avec certains vandales.
 
En contre-partie, il faut savoir qu'il est intransigeant sur les visites sans autorisation. Compte tenu de sa présente constante sur les lieux, il contactera les policiers pour toute entrée non-autorisée. Ainsi, le contrevenant devra faire face à ses actes avec toutes les conséquences légales que cela représente. Vous voilà donc prévenu.
 
Si vous désirez le contacter, vous pouvez le faire via courriel à l'adresse suivante: michaelmilton@icloud.com

Encore plus de photos

L'usine abandonnée de Bilbao
Bilbao, Vizcaya (Espagne)

Au Pays Basque, ils sont plusieurs générations à avoir grandi en buvant du lait Beyena, une source de fierté régionale, bien au-delà de ses valeurs nutritives. Tous les jours, des centaines de camions partaient de l'usine de Bilbao avec leur...

La brasserie Terken, aujourd'hui démolie
Roubaix, (France)

Détruite en 2004, la Brasserie Terken était un gigantesque complexe industriel occupant plus de quatre hectares. Située dans la zone de l’Union à Roubaix, tout près de Lille, l’usine avait créé, à une certaine époque, une « étroite symbiose »...

Le vieux complexe de pâtes et papiers abandonné

Pour la région, il s’agit d’un vestige d’une ère industrielle aujourd’hui révolu. Alors qu’autrefois, l’usine offrait un salaire à près d’une centaine d’employés, le complexe est aujourd’hui cadenassé et désert, bien que surveillé par une...

La vieille usine de recyclage abandonnée
Montréal, Quebec (Canada)

Les urbexeurs ont le préjugé facile. Généralement, en regardant un bâtiment de l’extérieur, ils s’y arrêteront quelques instants, le regarderont et décideront s’ils passent leur chemin ou non. Les plus fanatiques iront explorer tout ce qu’ils...